Théorie de mes cordes

Spectacle en solo
Spectacle tout public
Durée : 50 minutes

Musiques de John Playford, Nicola Matteis Pandolfi Meali, Giovanni Bassano, Martin Hayes et Paddy Canny, Thomas Baltzar
Théorie de mes cordes est le récit d’une volte face, pour embrasser, enfin, un chemin véritable. Travaillant dans une grande administration en 2013, je tente alors l’impossible et l’inévitable  : devenir musicienne. Violoniste depuis l’enfance, j’entreprends alors d’apprendre le violon baroque. Entre 2013 et 2019, je consigne méthodiquement dans des carnets des apprentissages techniques, des évolutions physiques et mentales, qui sont autant d’étapes dans la quête du devenir musicien. 

Ce seule en scène, récit à la première personne, tisse des pièces pour violon ou alto tirées du répertoire baroque, mais aussi de la musique irlandaise traditionnelle et une partita pour violon seul. 

 
Extraits

Octobre 2012. Je travaille dans un bureau qui s’appelle l’Office. La pierre en est
grise et lisse et son atmosphère m’oppresse. Heureusement, je me rends une fois par
semaine au Conservatoire de la Courneuve dont le bois clair et chaud de l’auditorium
me permet de respirer.

Janvier 2015. Palestine. Tous les matins, le soleil sur la terrasse de ma maison. Les
collines de Jordanie en toile de fond. Je découvre le sens de faire un détour".

2016, 2017, 2018, je fais des concerts heureux, je tisse des liens d’estime, d’amitié parfois. Avec le temps, j’apprends à m’accompagner moi-même, en jouant des doubles cordes. 

Les pièces de Théorie de mes cordes sont issues de répertoires baroques au sens
étymologique de « irrégulier », car elles associent musique anglaise du début du xviie siècle, des
pièces irlandaises traditionnelles jouées de nos jours, une pièce de musique italienne du xvie
siècle et une pièce pour violon seul d’un auteur contemporain. Le choix des
musiques n’a donc rien de chronologique et, pour une interprète habituée des ensembles dits
« historiquement informés », j’ai fait d’emblée le choix de mêler des époques musicales assez
différentes.

Anonyme, Stingo, an Old Bailey
Nicola Matteis, Fantaisie pour violon seul
Nicola Matteis, Prélude en sol majeur, Book of Ayres

Acte II
d’après Pandolfi Meali, La Castella, chaconne improvisée
Marc-Antoine Girard de Saint Amant, La solitude
Giovanni Bassano, Ricercare n°5 (alto baroque)
Acte III
Martin Hayes et Paddy Canny, Rights of a Man
Thomas Baltzar, Division Violin, prélude en sol majeur

Article d’Alexandrine Pelpel, journaliste à Ouest France

La presse en parle

Le Télégramme, 16 juillet 2021

Le lien vers le dossier du spectacle en PDFhttps://fr.calameo.com/read/006852896f766e47fe6c2